lunes, 2 de mayo de 2011

Firma de Felisa Salinas (quien recibió a Daniel Serrano Recio en Bobigny, 30/4/11)

Hola amigos,

Qué suerte tenemos : una republicana de ciento siete años, española originaria de Segovia, Felisa Bravo (de Salinas) vive en la calle de la República (de la République), en Bobigny (Francia). Hoy nos recibió, nos habló de las grandes celebraciones del 80 aniversario de la República española, en Ille-sur-Têt, donde estuvo en la tribuna de honor con los de la columnna del General Leclerc, de las medallas de honor que le dieron, de la dura Retirada, de las barracas de Rennes, de la isla donde estuvo deportado su esposo (al que sacaron de Argelès), y del porvenir : pronto iremos juntos a la inauguración de la calle a los republicanos españoles en Bobigny (aunque no sea grande, en algunos pueblos de España no podemos soñar ni con un callejón !). Felisa nos enseñó fotos de amigos, entre ellos de su "ahijado" (sin bautizar), Ramón San Geroteo, recortes del periódico "Bonjour Bobigny", donde se publicó en 2006 un artículo sobre "la tragedia moral de la República española" aniquilada, con una foto de ella joven. Nos hizo el honor de firmar nuestra petición y nos hizo un regalo "para que no la olvidemos". Imposible . Fue un gran momento de felicidad y de fraternidad encontrarnos con Felisa, frágil pero tenaz y audaz, quien al despedirse nos llamó "compañeros", el más bello título para los republicanos españoles.

Firma de Felisa : Felisa Salinas (nacida Bravo), de Segovia, jubilada, residente en Bobigny (Francia), medalla de honor de Ille-sur -Têt y de la República española (AAGEF-FFI).

Chers amis,
Quelle chance nous avons : une républicaine de cent sept ans, espagnole originaire de Segovia, Felisa Salinas (née Bravo) vit rue de la République, à Bobigny. Aujourd'hui elle nous a reçus, nous a parlé des grandes célébrations du 80 ème anniversaire de la République espagnole, à Ille-sur-Têt, où elle était dans la tribune d'honneur avec les "gars", dit-elle, du Général Leclerc, des médailles d'honneur qu'on lui a données là-bas, du très dur exil, en janvier 1939, des baraquements de Rennes, de l'île où fut déporté son époux tiré à cette fin d'Argelès, et de l'avenir : bientôt nous irons ensemble à l'inauguration d'une rue aux républicains espagnols à Bobigny (même si elle n'est pas grande, dans certains villages, pour ne pas dire dans aucun, ni dans aucune ville espagnole, on ne peut encore rêver d'avoir un impasse aux républicains !). Felisa nous a montré des photos d'amis, parmi eux, de son "filleul" (d'ailleurs non baptisé) Ramón San Geroteo, des coupures du journal "Bonjour Bobigny", où fut publié en 2006 un article sur la "tragédie morale de la république espagnole" anéantie, avec une photo d'elle jeune fille. Elle nous a fait l'honneur de signer notre pétition (pour des rues aux victimes du fascisme d'un village tolédan et pour l'application de la Loi de Mémoire) et elle nous a fait un cadeau "pour que nous ne l'oubliions pas". Impossible. Ce fut un moment de grand bonheur et de fraternité de rencontrer Felisa, fragile mais tenace et audacieuse. En nous disant au revoir elle nous a honorés du plus beau nom entre républicains espagnols : "camarades". 

Rose-Marie Serrano



 




No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada